Chirurgie conservatrice de la hanche

La hanche a deux fonctions importantes: L’articulation doit transmettre des forces considérables du tronc sur les membres inférieurs tout en permettant une grande mobilité dans les trois plans de l’espace.

Une transmission de forces et une stabilité optimales requièrent une couverture articulaire maximale de la tête fémorale. Une mobilité optimale de l’articulation implique un minimum de contraintes externes et par là une couverture articulaire minimale de la tête fémorale.

Nous pensons que la majorité des dysfonctions articulaires et des douleurs de la hanche sont dus à une incompatibilité ou discrépance entre morphologie et fonction.

Les opérations qui corrigent le délicat équilibre entre morphologie et fonction articulaire entrent dans le contexte de la chirurgie conservatrice de la hanche.

Revision ouverte de la hanche

Certaines hanches présentent un conflit entre le cotyle et l’extrémité supérieure du fémur qui apparait à certains mouvements.

Ce conflit, douloureux, peut être congénital ou acquis et peut être la cause d’une dégénérescence précoce de l’articulation. L’obstacle ou le défaut anatomique peut être situé au niveau du cotyle ou du fémur.

Une opération avec une dislocation “douce”* de l’articulation permet de corriger les défauts et conflits, soit au niveau du cotyle (correction du bord du cotyle, du bourrelet), soit au niveau du fémur (cheilectomie de la tête fémorale).

Une telle opération, qui est peu invasive, permet souvent de prévenir une destruction articulaire et par là est surtout intéressante pour des jeunes adultes.

* Luxation chirurgicale de la hanche