Fractures au niveau de la hanche et du bassin

Le bassin est le plus grand os du corps humain. En fait, le bassin est formé de deux os symmétriques qui sont reliés par un cartilage : la symphyse pubienne. Chacun de ces hemi-bassins est fait de trois os qui se soudent entre eux à l’âge de 12 – 14 ans : L’ilion, l’ischion et le pubis.

Le bassin est le lien mécanique entre la colonne vertébrale et les membres inférieurs. La colonne vertébrale est encastrée entre les deux os iliaques au niveau du sacrum. L’articulation correspondante est la sacro-iliaque et l’articulation du bassin avec la cuisse est la hanche.

Les fractures du bassin sont exceptionnelles chez l’enfant, relativement fréquentes chez l’adulte ancien, souffrant d’ostéoporose. Chez l’adulte jeune, ce sont des fractures sur traumatisme violent dont la gravité dépend du déplacement des fragments et de leur impact sur les parties molles, vaisseaux, nerfs etc.

Les fractures complexes du bassin sont des traumatismes qui peuvent mettre la vie en danger et qui demandent une évaluation claire en urgence et un traitement immédiat.

Ces fractures concernent le fémur et n’impliquent pas la surface cartilagineuse de l’articulation. Elles sont très fréquentes, avec une tendance à l’augmentation, surtout avec le vieillissement de la population.

Selon la localisation de la fracture, celle-ci peut être fixée avec un implant (vis, clous, plaque) ou, surtout chez le patient âgé, la tête fémorale ou toute l’articulation est remplacée par une prothèse articulaire.

Le but est toujours le rétablissement rapide de la capacité à la marche.

Si une fracture traverse une surface articulaire, le revêtement cartilagineux peut être déplacé, provoquant une “marche d’escalier” incompatible avec un fonctionnement normal et indolore.

Si l’os consolide dans cette position, il existe un fort risque de destruction progressive de l’articulation avec une arthrose douloureuse.

Dans le bassin, les fractures qui impliquent la hanche sont appelées fractures de l’acétabulum ou du cotyle. De ce fait, il s’agit d’une fracture dans une cavité (portion de sphère) osseuse et cartilagineuse. Ces fractures ne requièrent pas en général un traitement chirurgical immédiat, à la condition que la hanche ne soit pas luxée.

Une opération avec une adaptation anatomique de la surface articulaire est indispensable pour une fonction libre et indolore à long terme. Dans le fémur, les fractures qui impliquent la hanche sont les fractures de la tête fémorale. Celles-ci sont rares et le plus souvent liées à une luxation.

Le traitement est difficile et le pronostic souvent réservé à cause de la vascularisation délicate de la tête fémorale.

La seule façon d’être suivi est de courir plus vite que les autres (Francis Picabia)